29-12-2015 12:59
127
L’ère du pétrole pas cher ne fait que commencer

Un chiffre symbolique s’est inscrit sur les panneaux de nombreuses stations-service durant la semaine de Noël. Le gazole, carburant le plus vendu en France avec environ 80 % des volumes écoulés, valait en moyenne 99,35 centimes d’euros le litre contre 1,0018 euro la semaine précédente, d’après les relevés du ministère de l’écologie publiés lundi 28 décembre. Le diesel n’avait plus atteint ce niveau depuis juillet 2009. Ce passage sous la barre symbolique de 1 euro est la traduction concrète de la chute des cours du pétrole, tombés sous les 37 dollars le baril à Londres (Brent) comme à New York (WTI). Un niveau inconnu depuis fin 2008 en pleine crise financière post-Lehman Brothers. Il devrait se maintenir une bonne partie de l’année à venir en raison d’un excès d’offre sur le marché, préviennent de nombreux experts du pétrole.

Un déséquilibre offre-demande persistant

La décision de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), le 4 décembre, de ne plus fixer de plafond de production n’a fait qu’accélérer la chute des cours constatée depuis l’été. Son prix ne se rapprochera pas des 100 dollars (96 dollars en prix constant) avant… 2040, après une étape à 70 dollars en 2020, indique le cartel dans son étude annuelle, publiée le 23 décembre. Même s’il s’agit « d’hypothèses de travail », prévient-il, elles indiquent que les prix resteront modérés durant de longues années. Pour preuve, l’Arabie saoudite a tablé, pour la construction de son projet de budget 2016, dévoilé lundi, sur un cours du baril à 26 dollars.

 


( 127 Okunma )